Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


07 février 2014

Vichy invente une cure pour les addicts au portable !

On célèbre aujourd'hui la journée mondiale sans téléphone portable. L'occasion de tester votre addiction. Si vous êtes accroc, ceci est pour vous.

Etes-vous un workaholiste ? Autrement dit, pourriez-vous vous passer de vos smartphone, ordinateur et autre tablette... Pas sûr ! Pour les vrais accrocs, le centre thermal des Célestins à Vichy (Allier) propose depuis peu une cure de "Digital détox", unique en France. "L'idée de développer cette cure m'est venue en lisant des études très sérieuses sur la dépendance aux écrans, assure Florence Rochelois, responsable communication du centre thermal, à l'origine de ce programme. Le "burn out" est un mal moderne, tout comme le stress. Bien souvent, il n'y a plus de frontière entre la vie privée et la vie professionnelle."

La cure débute donc par un cérémonial très étudié. D'abord déposer, dès son arrivée, tous ses écrans au coffre de l'hôtel. Prendre ensuite possession de sa chambre, sans téléphone, ni ordinateur, ni connexion Internet, bien sûr. Uniquement des livres, des jeux de société et de la musique zen.

1500 € la cure

Commence alors un programme "bien être" de 4 jours & 4 nuits composés de 14 soins destinés à "retrouver un équilibre psychique dans une vie bien réelle". Plus question de se laisser déranger par une sonnerie à l'heure du déjeuner. Fini les notification Facebook et les alerte mails.
la cure s'écoule entre séance de sophrologie, massages au jet, coaching sportif, soins anti-stress, atelier diététique, et même séance de Iyashi Dôme, un traitement de choc japonais "équivalent à un semi-marathon en terme de dépense d'énergie", nous promet le centre thermal. Lancée à la mi-janvier, la cure "Digital détox" n'a pas encore rallier beaucoup d'adeptes, mais à Vichy on mise beaucoup sur cette addiction endémique.
Coût du break digital : 1.500 € la cure. Le prix à payer pour se défaire d'une dépendance qui serait équivalente à l’alcool, au cannabis ou à l’héroïne. Pas gagné !

 

(Photo : Compagnie de Vichy)



+ de
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
23-10
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
Le Grand Clermont s'offre une belle séquence d'auto-promotion sur le web, en proposant via Vimeo depuis deux jours un clip sur la capitale clermontoise, plutôt valorisant... On y voit des habitants vanter les mérites du Grand Clermont, accumulant les bons points : vivant, tendance, riche, créatif, jeune... Les qualificatifs ne manquent pas pour valoriser l'image de la capitale auvergnate. On y aperçoit également les pépites qui font le Grand Clermont : Michelin, Limagrain, Pictures, l'IFMA, la Coopé ou encore le théâtre, le festival du court métrage et bien sûr l'ASM et Renaud Lavillenie... Bref, un joli coup de pub, habilement présenté et très rythmé. Nous, on aime !
Lire la suite +
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
22 octobre 2014
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
Suite aux récentes attaques sur des brebis de Pradelles, le préfet de Haute-Loire a pris la décision d'activer le niveau 1 du plan loup. Cette mesure n'autorise pas l'abattage de l’animal, mais elle prévoit des compensations financières pour les éleveurs, afin par exemple d’installer des clôtures ou de bénéficier de chiens de berger. Des tirs d'effarouchement seront également permis. Lors de cette réunion, qui rassemblait au Puy-en-Velay les représentants du monde agricole, le préfet a rappelé que le loup reste un animal protégé et qu’il « n’a pas le droit de prendre un arrêté d’abattage ». Les éleveurs devront donc se contenter de différents dispositifs d’effarouchement électronique. Un réseau d’observateurs va également être créé afin de donner l’alerter aux éleveurs en cas de présence signalée de l’animal. Des indemnisations, s’élevant entre 100 et 500 euros par animal, peuvent également être attribuées en cas d’attaque avérée. Des mesures qui n’ont pas satisfait les représentants de syndicat agricole, notamment la FDSEA qui a quitté la réunion avant la fin. Elle réclame l’abattage du loup en Haute-Loire, où vivent quelque 140.000 brebis, avec des éleveurs souvent déjà en grande difficulté financière.
Lire la suite +
Michel Barnier candidat à la future grande région Rhône-Alpes Auvergne
20 octobre 2014
Michel Barnier candidat à la future grande région Rhône-Alpes Auvergne
C'était un secret de polichinelle. L’UMP Michel Barnier l'a rendu officiel aujourd'hui dans une interview au journal La Montagne puis au Progrès, ce soir. L'actuel commissaire européen, ancien ministre et ancien président du conseil général de Savoie, se positionne pour briguer la présidence de la future grande région Rhône-Alpes Auvergne. Dans une interview accordée à la presse régionale, Michel Barnier explique "ne pas être encore dans le temps de la campagne, mais dans celui de la rencontre, du débat. Ce moment doit permettre de fixer un cap et une ligne. Je veux co-construire ce projet avec tous ceux qui veulent y travailler. J’ai choisi d’écrire à un grand nombre d’élus pour leur expliquer ma démarche." Les élections auront lieu fin 2015. Michel Barnier pourrait avoir face à lui un challenger de droite, Laurent Wauquiez, qui s’est également positionné pour prendre la tête de liste de ces nouvelles élections. Il y a deux semaines, le député-maire UMP du Puy-en-Velay avait même commandé un sondage pour connaître ses chances de l'emporter. Il apparaissait comme le grand favori des urnes.    (Photo DR)
Lire la suite +