MENU

Guillaume Musso, l’écrivain aux 32 millions d’exemplaires, à la Librairie des Volcans

A 43 ans, Guillaume Musso, recordman toutes catégories pour la septième année consécutive des ventes de livres en France, sera à la Librairie des Volcans, à Clermont-Ferrand, pour une séance de dédicaces, le Mercredi 6 juin de 14h30 à 16h30 (DR).
 Le plus célèbre des « page turner » à la française, dont le dernier opus s’est écoulé à 1,5 million d’exemplaires, sort son 16e roman, « La jeune fille et la nuit »*. En quatorze ans, l’auteur a vendu 32 millions d’exemplaires dans le monde. Il est traduit dans 40 langues. 


Ce nouveau roman commence par les retrouvailles d’anciens amis qui n’ont pas eu de contacts depuis le lycée. Pouvez-vous nous en raconter le début ?

Il y a très longtemps que j’avais l’idée d’écrire un roman à suspense ancré autour d’une réunion d’anciens élèves. De remettre face à face des gens qui ont vécu ensemble certaines des années les plus intenses de leur vie et qui se sont perdus de vue depuis.

Ici, le mystère se noue autour de trois personnages, Fanny, Thomas et Maxime. Autrefois inséparables, ils ont suivi des chemins très éloignés : Fanny est devenue cardiologue, Thomas est écrivain et Maxime entrepreneur. Tous trois se retrouvent lors de la cérémonie des 50 ans de leur lycée, au cours de laquelle est annoncée la construction d’un nouveau bâtiment à la place du gymnase, qui va être rasé. Le gymnase dans lequel, vingt-cinq ans plus tôt, ils ont emmuré un cadavre… On comprend alors que ces retrouvailles ne sont pas fortuites et que les trois anciens amis doivent empêcher le secret d’éclater et de briser leur vie.

Ce thème des retrouvailles vingt-cinq ans après m’intéresse car il est à la fois ancré dans le présent et propice à un retour sur le passé. Propice à l’évocation du « bon vieux temps », mais aussi de périodes plus douloureuses. Propice enfin à revisiter certains événements dont tout le monde ne garde pas forcément le même souvenir. Retrouver des amis si longtemps après, c’est l’occasion, pour chacun, d’effectuer un premier bilan de sa vie, ce qui amène inévitablement à une comparaison avec les autres, voire à une confrontation. Bref, on a là à mon sens un réservoir de situations excitantes et potentiellement explosives.

La Jeune Fille et la Nuit est construit sur deux époques. En cela, et parce que ce n’est pas une enquête policière, on pourrait le qualifier de « cold case littéraire » ?
En effet, dans la tradition du cold case, les deux époques se répondent à mesure que l’enquête avance. Dans mon processus d’écriture, la construction de l’intrigue est vraiment une étape stimulante, car c’est sur elle que va reposer en grande partie le jeu avec le lecteur : trouver des moyens narratifs pour l’empêcher de fermer le roman et qu’il ait hâte de s’y replonger le soir en rentrant chez lui.

Même si le roman présente plusieurs niveaux de lecture, je tenais surtout à ce qu’il ait un aspect divertissant pour le lecteur, qui, selon les codes du whodunit, a entre les mains les mêmes éléments que les « enquêteurs » pour découvrir ce qui est arrivé à Vinca Rockwell. L’aspect ludique tient aux va-et-vient entre le passé et le présent qui s’articulent à travers des changements de focalisation. Raconter selon plusieurs points de vue un événement permet de donner des éclairages com-plémentaires et contradictoires, qui parfois changent tout ! On revisite certaines scènes selon la subjectivité de l’un ou l’autre personnage. Dans ce roman, aucun des personnages ne connaît toute la vérité, et finalement seul le lecteur s’approchera au plus près de cette vérité… à la toute dernière page.

La Jeune Fille et la Nuit est aussi un roman sur la réparation et la renaissance. Plusieurs personnages n’ont pas surmonté les événements de 1992. Cette réunion d’anciens élèves est-elle aussi un moyen pour eux de dénouer les nœuds du passé ?

Cette intrigue est une traque au cœur de l’intime : la menace n’est pas seulement une menace extérieure infligée par un inconnu, elle est aussi et surtout une menace intérieure. Fanny, Thomas et Maxime ont en commun d’avoir fui quelque chose toute leur vie et, au moment où débute le roman, leur trajectoire les a conduits dans le lieu de tous les dangers : celui qui pourrait les perdre en révélant leurs plus lourds secrets, mais aussi celui où pourrait s’exercer la dimension résiliente de l’aveu et de l’acceptation de la vérité. Une épreuve du feu qui ne peut être que collective et qui est la dernière chance pour ces personnages de pouvoir envisager un avenir serein.

C’est notamment le cas de Thomas, le narrateur, qu’une force pousse à essayer de découvrir ce qu’est devenue Vinca, la jeune fille qu’il aimait et dont la dispa 
rition n’a jamais été expliquée. Mais si le roman raconte une libération ou une renaissance, celle-ci n’est possible qu’en faisant la part du mensonge et de la vérité. La vérité qui interdit de grandir quand elle est cachée, qui ne cesse de se dérober lorsqu’on la cherche, qui peut détruire quand on la découvre. Ou libérer…


Thomas, le narrateur, est écrivain. Le roman comporte de belles pages qui font l’éloge de la lecture et de l’écriture comme des moyens d’« endiguer la cruauté ravageuse de la réalité » en « s’échappant dans un monde parallèle – la réalité non pas telle qu’elle est, mais telle qu’elle devrait être ». Ces considérations sont-elles aussi les vôtres ?

Grâce à ma mère, bibliothécaire, mon rapport aux livres a d’abord été un rapport de plaisir qui ne s’est jamais démenti. Je dirais même qu’il s’est accentué au fil des années, dans une société de plus en plus technologique et cannibalisée par le flux incessant des images.
À la différence de mon héros pour qui la lecture est un refuge et une échappatoire, lire n’a pas été pour moi un moyen de fuir le monde et sa réalité, mais plutôt, pour reprendre la belle expression de Bernard Pivot, « un moyen d’entrer dans le monde par d’autres portes ». Lire, c’est aller au contact des idées des autres, c’est vivre par procuration des tranches de vie dont on ne soupçonnait même pas l’existence. Et revenir à sa vraie vie avec d’autres yeux. In fine, lire, c’est élargir sa vie et même la démultiplier.

Justement, pouvez-vous nous dire ce que les années d’expérience – La Jeune Fille et la Nuit est votre seizième roman – ont changé dans votre façon d’aborder l’écriture ?

Certaines choses ont changé, et d’autres pas du tout. Tout nouveau livre que l’on termine est issu à la fois d’un mystère, d’une volonté et de travail. D’abord, le pro-cessus de création en lui-même reste un mystère : une étincelle, des images qui vous traversent la tête comme des flashs, des idées qui s’imbriquent et s’agrègent pour, petit à petit, devenir la trame d’une histoire… Chaque nouvelle intrigue qui se forme est un miracle fragile.

Ensuite, la volonté du romancier oriente son écriture. La constante principale, le plus important pour moi, est de rester fidèle à ma motivation initiale : écrire le livre que j’aimerais lire en tant que lecteur. Faire en sorte de proposer une expérience de lecture originale à travers une histoire et des personnages que l’on n’aura pas vus ailleurs. Voilà ce qui n’a pas changé.

En revanche, je pense avoir gagné en maîtrise dans mon travail. Je me laisse plus facilement happer par le processus de l’écriture. Et je sais désormais que certaines des meilleures idées me viendront pendant la phase de rédaction, ce qui rend l’écriture encore plus addictive et jubilatoire. Quel plaisir, tous les matins, d’allumer votre ordinateur en vous demandant ce que vos personnages vous réservent !


(*) « La jeune fille et la nuit », de Guillaume Musso. Ed. Calmann-Lévy, 430 pages. 21,90 euros.



Restez connectés

Newsletter

Pour recevoir la newsletter NewsAuvergne, merci de renseigner votre e-mail.

Résultat ligue 1

Classement Championnat de France fourni par FootenDirect.com

Résultat ligue 2

Classement Ligue 2 fourni par FootenDirect.com

Météo : vague de froid en perspective sur l'Auvergne

Météo : vague de froid en perspective sur l'Auvergne

Retour des températures négatives dès lundi matin (Photo : NewsAuvergne).  [+]

Archives >>
Les gilets jaunes ont vu rouge en Auvergne !
Les gilets jaunes ont vu rouge en Auvergne !
17.11.2018
Plusieurs milliers de gilets jaunes ont battu le pavé en Auvergne (Photo : Twitter). Au dernier pointage 244.000 personnes ont manifesté partout en France....[+]
Gilets Jaunes : le centre-ville de Clermont paralysé
Gilets Jaunes : le centre-ville de Clermont paralysé
17.11.2018
(Photo : Twitter)...[+]
Gilets jaunes : la situation se complique dans le Puy-de-Dome
Gilets jaunes : la situation se complique dans le Puy-de-Dome
17.11.2018
Plusieurs centaines de gilets jaunes sont présents sur le parking du Zénith d'Auvergne. Ils devraient converger en plusieurs convois vers le centre-ville de Clermont-Ferrand.  ...[+]
Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre en Auvergne ?
Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre en Auvergne ?
16.11.2018
Les rassemblements devraient démarrer aux alentours de 7 ou 8 heures du matin, mais nul ne sait quelle sera l'ampleur de la mobilisation (Photo : NewsAuvergne)....[+]

Société

Météo : vague de froid en perspective sur l'Auvergne

Météo : vague de froid en perspective sur l'Auvergne

Retour des températures négatives dès lundi matin (Photo : NewsAuvergne). 
Les gilets jaunes ont vu rouge en Auvergne !
Les gilets jaunes ont vu rouge en Auvergne !
Gilets Jaunes : le centre-ville de Clermont paralysé
Gilets Jaunes : le centre-ville de Clermont paralysé
Gilets jaunes : la situation se complique dans le Puy-de-Dome
Gilets jaunes : la situation se complique dans le Puy-de-Dome
Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre en Auvergne ?
Gilets jaunes : à quoi faut-il s'attendre en Auvergne ?

Économie

Enseignement supérieur : élèves-ingénieurs, à vos stages !

Enseignement supérieur : élèves-ingénieurs, à vos stages !

(Photo : Campus des Cézeaux/ SIGMA).
Souffrance au travail : les syndicats de Michelin sont inquiets
Souffrance au travail : les syndicats de Michelin sont inquiets
Bivouac : nouvel appel à startups
Bivouac : nouvel appel à startups
La région débloque 35 millions en faveur des nanotechnologies
La région débloque 35 millions en faveur des nanotechnologies
Thermalisme : Royat en baisse de régime
Thermalisme : Royat en baisse de régime

Politique

Remaniement : le Cantalien Jacques Mézard quitte le gouvernement

Remaniement : le Cantalien Jacques Mézard quitte le gouvernement

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont procédé à un remaniement assez conséquent en remplaçant des ministres à plusieurs postes clés, dont le Cantalien Jacques Mézard (Photo : Sénat).
Edouard Philippe en visite dans le Puy-de-Dôme vendredi
Edouard Philippe en visite dans le Puy-de-Dôme vendredi
Laurent Wauquiez : une rentrée à droite toute !
Laurent Wauquiez : une rentrée à droite toute !
Un millier de manifestants contre le Bastion Social d'extrême droite à Clermont
Un millier de manifestants contre le Bastion Social d'extrême droite à Clermont
80km/h sur les routes : le député cantalien Vincent Descoeur défendra sa proposition de loi le 21 juin
80km/h sur les routes : le député cantalien Vincent Descoeur défendra sa proposition de loi le 21 juin

Faits divers

Clermont-Ferrand : la jeune femme reconnait son violeur dans le tram

Clermont-Ferrand : la jeune femme reconnait son violeur dans le tram

L'ADN prélevé correspond à celui de l'agresseur (Photo : NewsAuvergne). 
Clermont : plusieurs interpellations dans le cadre de l'attaque mortelle au couteau
Clermont : plusieurs interpellations dans le cadre de l'attaque mortelle au couteau
Tragiques faits divers à Clermont : le maire sort de son silence
Tragiques faits divers à Clermont : le maire sort de son silence
Violée en plein centre-ville de Clermont
Violée en plein centre-ville de Clermont
Le jeune homme agressé au couteau est décédé
Le jeune homme agressé au couteau est décédé

Sport

Cantal : dans la roue de Romain Bardet

Cantal : dans la roue de Romain Bardet

Romain Bardet sera aujourd'hui dans le Cantal (photo :  T. Marsilhac - Glob Editions).
Quatre Clermontois débuteront face aux Springboks
Quatre Clermontois débuteront face aux Springboks
Tour de France 2019 : Brioude et Saint-Flour dans la boucle
Tour de France 2019 : Brioude et Saint-Flour dans la boucle
Sept Clermontois en équipe de France de rugby
Sept Clermontois en équipe de France de rugby
Clermont sans gros souci face à Toulon (28-8)
Clermont sans gros souci face à Toulon (28-8)

Loisirs

Carnets de voyage : «Clermont est devenu la Mecque des carnettistes!»

Carnets de voyage : «Clermont est devenu la Mecque des carnettistes!»

Une centaine d’auteurs, venus du monde entier, et quelque 18 000 visiteurs sont attendus au Polydôme de Clermont-Ferrand pour la grand-messe du Rendez-vous du carnet de voyage, les 16, 17 et 18 novembre (Photo : DR).
Culture : Sémaphore en Chanson, place à la chanson française !
Culture : Sémaphore en Chanson, place à la chanson française !
Sports mécaniques à la Maison des Sports de Clermont : show devant !
Sports mécaniques à la Maison des Sports de Clermont : show devant !
Foire de la Châtaigne de Mourjou : 25 000 personnes attendues !
Foire de la Châtaigne de Mourjou : 25 000 personnes attendues !
Nouveau record d’entrées pour le PAL avec 640 000 visiteurs
Nouveau record d’entrées pour le PAL avec 640 000 visiteurs

Portrait

Jean-Louis Etienne : retour vers le futur

Jean-Louis Etienne : retour vers le futur

Infatigable explorateur de notre planète, Jean-Louis Etienne sera à la librairie des Volcans jeudi 29 novembre à 17h, l'occasion d'évoquer son prochain défi, la traversée de l'Atlantique à bord de Polar Pod (Photo : Wikipédia).
Le guide Michelin change de tête
Le guide Michelin change de tête
Me Gatignol, nouveau bâtonnier clermontois
Me Gatignol, nouveau bâtonnier clermontois
Guillaume Musso, l’écrivain aux 32 millions d’exemplaires, à la Librairie des Volcans
Guillaume Musso, l’écrivain aux 32 millions d’exemplaires, à la Librairie des Volcans
Thierry Saussez, prince de l'optmisme, en croisade à Clermont
Thierry Saussez, prince de l'optmisme, en croisade à Clermont
© 2018 / NewsAuvergne - Tous droits réservés