Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


12 novembre 2012

New deal en Auvergne : la région offre une centaine d'emplois

1 emploi + 1 logement offert = 1 new deal en Auvergne ! C'est la nouvelle équation de l'Agence régionale de développement des territoires qui lance aujourd'hui une opération séduction baptisée "New deal en Auvergne", destinée aux personnes souhaitant s'installer dans la région. L'objectif est « de faciliter la mobilité géographique des demandeurs d'emplois et de tous les actifs attirés par la qualité de vie offerte par la région », souligne l'ARDTA. « Le taux de chômage en France est au plus haut. Pourtant il y a des emplois dans les régions françaises et notamment en Auvergne. Il est donc urgent de faire se rencontrer l'offre et la demande et les territoires ont un rôle à jouer ».
Via le site Internet newdeal-en-auvergne.fr, une centaine d'offres d'emplois dans tous les types de métier sont mises en ligne. Ingénieurs, opérateurs, conseiller financier... les postes à pourvoir sont le plus souvent en CDI. Comme pour tordre de cou à tous les vieux clichés collant à la peau des Auvergnats, la région offre en prime 500 € par mois pour aider les nouveaux arrivants à couvrir leurs frais d'hébergement le temps de leur période d'essai. "Pour bien commencer sa vie en Auvergne et définir un projet de vie riche et motivant, il faut s'en donner les moyens car le bien être collectif passe par le bonheur individuel", précise la région qui se veut "attractive, dynamique, solidaire et accueillante".
L'Auvergne est la 6e région de France où le taux de chômage est le plus bas et de nombreux emplois qualifiés sont à pourvoir. Le « New Deal de l'Auvergne » est un partenariat inédit entre des entreprises qui recrutent et une région « qui agit concrètement pour attirer de nouveaux talents », explique l'agence dans un communiqué. La région attire chaque année 17000 nouveaux habitants. Elle espère, à travers ce type d'initiative, rester dans le peloton de tête des régions qui vont continuer à gagner des habitants dans les tente ans à venir. Elle pourrait ainsi, selon les projections de l'INSEE voir sa population augmenter de 8 % d'ici à 2040.
 



+ de
Haute-Loire : quel avenir pour le lycée Cévenol ?
23 avril 2014
Haute-Loire : quel avenir pour le lycée Cévenol ?
Le tribunal de Grande instance du Puy-en-Velay se prononce jeudi sur l’avenir du collège-lycée Cévenol du Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). Une seule offre de reprise a pour l'instant été déposée, proposant de créer un institut de formation post-universitaire sur un tiers du site qui se nommerait l'Institut Chambon international (ICI). L'institution privée où s'est noué le drame de l'affaire Agnès, a été placé en redressement judiciaire le 30 avril 2013. Créé en 1938 par des pasteurs protestants dans cette commune de Haute-Loire de 2500 habitants, le Cévenol connaissait depuis plusieurs années des difficultés financières importantes. Montrée en exemple pour sa pédagogie de tolérance, intégrant parfois des élèves en grande difficulté, l'institution accueillait aussi des enfants de diplomates ou de vedettes. Mais depuis une vingtaine d'années, les effectifs étaient en net recul. L'affaire Marin a porté l'estocade à cet établissement atypique. La jeune Agnès avait été violée, martyrisée et assassinée par un interne du lycée Cévenol, en novembre 2011, qui avait été intégré aux effectifs malgré des antécédents d'agression sexuelle. " Cet établissement méritait de fermer. La direction a eu sa part de responsabilité dans la mort de ma fille. Mais je déplore qu'il ne ferme que pour des raisons économiques. Il aurait dû être fermé avant en raison du meurtre qui est survenu au sein même de l'institution", avait alors déclaré le père d'Agnès, Frédéric Marin. Depuis, l'assassin qui n'avait que 17 ans au moment des faits, a été jugé et condamné à perpétuité. Son nouveau procès en appel aura lieu prochainement à Riom.   (Photo : NewsAuvergne)
Lire la suite +
Olivier Bianchi prend la tête de Clermont Communauté
22 avril 2014
Olivier Bianchi prend la tête de Clermont Communauté
Elu président ! Olivier Bianchi a été élu président de Clermont Communauté ce matin par 72 voix sur une assemblée de 89 élus. Un résultat sans surprise puisque le maire de la capitale régionale était le seul candidat. Il avait toujours annoncé au cours de la campagne électorale qu'il briguerait ce mandat en plus de celui de maire, "indissociables l'un de l'autre, selon lui, pour mener une politique efficace". La nouvelle assemblée de Clermont Communauté a cependant connu un grand changement, puisque les socialistes, qui ont accusé de sérieux revers lors des élections municipales dans l'agglomération clermontoise, doivent désormais partager le nombre de vice-présidences. Sur les neuf vice-présidents élus ce matin (voir la liste ci-contre), seuls quatre sont socialistes, les autres de droite, UDC et sans étiquette. C'est la fin d'une hégémonie totale de la gauche à Clermont Communauté et le début d'une nouvelle ère dans la gestion politique de la première agglomération d'Auvergne. Neuf maires sortants des 21 communes de l'agglomération ont été élus vice-présidents : 1er Vice-président, Bertrand Pascuito, maire socialiste de Cournon-d'Auvergne, en charge des Finances et du développement économique. 2è vice-président : Louis Giscard d'Estaing, maire UDI de Chamalières, en charge de la politique de la ville et de la solidarité territoriale. 3è vice-président Roger Gardes, maire socialiste de Saint-Genès-Champanelle,, en charge des espaces naturels, de l'urbanisme, des cours d'eau et du partenariat institutionnel 4e vice-président: Pierre Riol (sans étiquette), maire de Pérignat-les-Sarliève, en charge de l'aménagement du territoire, des voiries et de l'entrée de ville 5e vice-président: René Vinzio (MDC), maire de Pont-du-Château, en charge des moyens généraux, du patrimoine, des affaires juridiques et des marchés publics 6e vice-président: Hervé Prononce (UDI), maire du Cendre, en charge du budget et de la fiscalité 7e vice-président: Didier Laville (sans étiquette), maire d'Aulnat, en charge de l'assainissement 8e vice-président: Marcel Aledo (UMP), maire de Royat, en charge des déchets ménagers 9e vice-président: Jean-Marc Morvan (sans étiquette), maire d'Orcines, en charge des universités, de la recherche et de l'attractivité
Lire la suite +
Hollande pas candidat en 2017 si le chômage ne baisse pas
18 avril 2014
Hollande pas candidat en 2017 si le chômage ne baisse pas
La visite de François Hollande chez Michelin, ce vendredi, aura été riche en rebondissements. Alors que le président de la République était en visite chez le géant mondial du pneumatique a Clermont-Ferrand, ce vendredi, il a déclaré lors d'un repas avec les salariés de l'entreprise n'avoir "aucune raison d'être candidat" à un deuxième mandat si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017. "Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu", a-t-il expliqué devant une vingtaine de salariés, de dirigeants et de syndicalistes de Michelin. Il répondait à l'un d'eux qui l'interrogeait sur le chômage. François Hollande a rappelé que l'emploi était sa "priorité" et tout particulièrement l'emploi des jeunes. "On va y mettre toute notre énergie parce qu'il n'y a pas d'autre enjeu", a-t-il ajouté.   Un peu plus tôt dans la matinée, alors que le chef de l'Etat avait entamé sa visite du centre de recherche et de développement de Michelin, son plus proche conseiller de l'Elysée, Aquillino Morelle, annonçait sa démission suite à une affaire de conflits d'intérêt révélée par Mediapart jeudi soir.
Lire la suite +