Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


27 septembre 2013

Le corps de Fiona n'a pas été retrouvé

"Il nous a baladés" ! Les forces de l'ordre qui ont participé cet après-midi aux recherches du corps de la petite Fiona n'ont pas réussi à masquer leur amertume. Le beau-père de la petite fille n'est pas parvenu lui non plus à indiquer aux enquêteurs l'endroit précis où le corps de la petite fille a été enterré il y a plus de quatre mois. Arrivé sous escorte du GIPN et cerné par de nombreux gendarmes, Berkane Maklouf a indiqué plusieurs sites aux enquêteurs, sans toutefois retrouver le lieux précis où se trouve la dépouille.

D'abord près du lac d'Aydat, puis sur les hauteurs du lac de La Cassière, enfin le long d'une route nationale, tout près de la Cassière. En deux heures, les policiers accompagnés du procureur de la République ont dû ratisser plusieurs sites avant de se rendre à l'évidence. Maklouf n'arrive plus lui non plus à localiser le corps de l'enfant, enterré aux abords du lac d'Aydat d'après les déclarations du couple.
Mais peu avant 19 heures, les recherches ont été suspendues. Un enquêteur admet que Berkane Maklouf a guidé les limiers sur les mêmes lieux que la veille, où les avait menés la mère de Fiona, Cécile Bourgeon.

Sans le corps de l'enfant, et sans autopsie, difficile de vérifier les versions divergentes de la mère et du beau-père de Fiona. La première assure que ce dernier a frappé mortellement l'enfant. Lui, explique que la peitte Fiona avait pris l'habitude de se faire vomir. Il l'aurait retrouvé étouffée dans son vomi le lendemain matin.

Selon le parquet, il n'est pas prévu pour l'instant d'entreprendre de nouvelles recherches.

 



+ de
Dons du sang : les stocks dangereusement bas
25 juillet 2014
Dons du sang : les stocks dangereusement bas
L’Etablissement français du sang vient de lancer une campagne de communication le 14 juillet afin de sensibiliser le grand public à l’importance de donner son sang pendant la période estivale, traditionnellement sensible. L’EFS est inquiet quant à l’état des réserves en produits sanguins. En effet, les stocks risquent de s’amenuiser fortement avant la fin juillet. Les prévisions préfigurent un été plus tendu que l’année dernière. "La mobilisation de tous est indispensable, insiste l'Etablissement français de sang. Restons vigilants, les malades comptent sur nous. Donner son sang sauve des vies. La période estivale est traditionnellement sensible, les donneurs se faisant moins nombreux". 10 000 dons restent nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des malades. L’EFS compte sur la générosité et l’engagement de chacun pendant tout l’été. C’est pourquoi il invite à accomplir ce geste solidaire.    A savoir : 1 million de malades soignés chaque année grâce aux dons de sang 1 625 735 donneurs en 2013 2 833 351 dons en 2013 (sang total, plasma, plaquettes) Ne pas venir à jeun pour donner son sang Etre muni d’une pièce d’identité si c’est un premier don Pour un don de sang à Clermont-Ferrand : EFS - 58 Rue Montalembert (enceinte du CHU Saint-Jacques) - Tel : 04 73 15 20 20 Les lundis et mardis de 8 heures à 16 heures Les mercredis et vendredis de 9 heures à 16 heures Les jeudis de 8 heures à 17 heures Les samedis de 8 heures à 11 heures 30 Pour connaître la collecte de sang la plus proche de chez vous : www.dondusang.net
Lire la suite +
A 71 : la cargaison de vin prend feu !
25 juillet 2014
A 71 : la cargaison de vin prend feu !
La circulation sur l'A71 a été bloquée une partie de l'après-midi dans le sens Clermont-Ferrand/Paris. En cause, un accident de poids-lourd, survenu vers 13 heures, qui n'a heureusement fait aucune victime. Les faits se sont déroulés à hauteur de l'échangeur de Combronde. Pour une raison qui reste à déterminer, le chauffeur qui transportait du vin a vu sa remorque prendre feu. L'incendie a détruit la totalité de la cargaison. L'accident a entrainé plusieurs kilomètres de bouchons. (Photo : Twitter)  
Lire la suite +
Vol AH5017 : quatre Auvergnats ont péri dans le crash
25 juillet 2014
Vol AH5017 : quatre Auvergnats ont péri dans le crash
Le crash aérien du vol AH5017, survenu jeudi matin, a fait au moins 116 personnes - dont 51 Français . Parmi les victimes se trouvaient quatre Auvergnats, tous de la même famille, installés dans le village de Menet dans le Cantal. Le père, Bruno Cailleret, la mère Caroline Boisnard et leurs deux enfants de 11 et 15 ans, ont péri dans la catastrophe aérienne. La grand-mère maternelle, originaire de l'Aveyron, figure également parmi les victimes. Le M-D83 de la compagnie espagnole Swiftair, loué par Air Algérie, est sorti des écrans radars 50 minutes après son décollage de Ouagadougou, au Burkina Faso, alors qu'il se rendait à Alger. L'avion s'est écrasé moins d'une heure après son décollage dans la zone malienne de Gossi, près de la frontière burkinabée, pour une raison encore inconnue. L'Elysée a confirmé dans la nuit de jeudi à vendredi que l'épave avait été localisée et «identifiée malgré son état désintégré». Il n'y aurait aucun survivant. La famille cantalienne était très connue des habitants. Le père de famille, 46 ans, travaillait au centre Geneviève-Champsaur à Riom-es-Montagne et la mère, 40 ans, exerçait à l'Institut médico-éducatif de Bort-les-Orgues. 51 Français à bord Pour l'heure, aucune explication au crash n'est privilégiée. L'avion d'Air Algérie assurait la liaison Ouagadougou - Alger. Selon Flightstats, le vol, parti peu avant une heure du matin (3 heures à Paris) devait arriver à Alger à 5h40 locales (7h40 à Paris). Le McDonnell 83 transportait à son bord au moins 116 personnes dont 6 membres d'équipage, ces derniers étant tous de nationalité espagnole. Selon la dernière liste fournie par la compagnie, l'avion a décollé de Ouagadougou avec 50 Français, 24 Burkinabés, huit Libanais, six Algériens, six Espagnols, cinq Canadiens, quatre Allemands et deux Luxembourgeois. Il y avait aussi un Belge, un Camerounais, un Egyptien, un Malien, un Nigérien, un Roumain, un Suisse, un Ukrainien et «3 nationalités en cours de recherche». Le Quai d'Orsay assure en revanche qu'il y avait 51 Français à bord.   (Photo : DR)
Lire la suite +