Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


22 septembre 2011

Le Canadien IKO s'implante à Combronde

Le groupe IKO, spécialisé dans la production et la commercialisation d'isolants thermiques, a annoncé ce matin sa prochaine installation sur le parc de l'Aize, à Combronde (Puy-de-Dôme). Ce groupe familial canadien, qui emploie déjà 3.000 personnes dans le monde, implantera en Auvergne sa deuxième unité de production en Europe, après celle de Breda au Pays-Bas. "Nous avons opté pour Combronde car le parc industriel est juste à la croisée des autoroutes A71 (Paris-Clermont), A 89 (Lyon-Bordeaux) et A 75 (Clermont-Montpellier). C'est cet emplacement stratégique qui nous a convaincu", explique Alex Blanc, représentant du groupe IKO en France.
IKO est un intervenant internationalement reconnu pour ses produits bitumeux de couverture et d'étanchéité ainsi que d'isolation polyisocianurate, un isolant très léger et très performant, à destination du BTP. "Ce type d'isolant est en très forte croissance partout en Europe, a souligné Alex Blanc, représentant du groupe IKO en France. Nous sommes sur un segment extrêmement concurrentiel ", poursuit Alex Blanc.
L'unité de production -qui n'attendu plus qu'un dernier feu vert pour le permis de construire- devrait être opérationnelle dès juillet 2012. Dans un premier temps, quinze à vingt emplois seront créés, pour passer, à terme, à environ 50 personnes.
L'unité IKO prendra place juste à côté du tout nouveau hub européen créé par l'entreprise de logistique Dachser. Cette récente implantation qui sera inaugurée la semaine prochaine, a permis également de créer 75 emplois directs, plus le transfert de 25 autres salariés de Gannat (Allier).
A terme, le parc de l'Aize de Combronde, idéalement placé pour les dessertes autoroutières, devraient compter 1000 à 1200 emplois d'ici à 2025.


+ de
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
23-10
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
Le Grand Clermont s'offre une belle séquence d'auto-promotion sur le web, en proposant via Vimeo depuis deux jours un clip sur la capitale clermontoise, plutôt valorisant... On y voit des habitants vanter les mérites du Grand Clermont, accumulant les bons points : vivant, tendance, riche, créatif, jeune... Les qualificatifs ne manquent pas pour valoriser l'image de la capitale auvergnate. On y aperçoit également les pépites qui font le Grand Clermont : Michelin, Limagrain, Pictures, l'IFMA, la Coopé ou encore le théâtre, le festival du court métrage et bien sûr l'ASM et Renaud Lavillenie... Bref, un joli coup de pub, habilement présenté et très rythmé. Nous, on aime !
Lire la suite +
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
22 octobre 2014
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
Suite aux récentes attaques sur des brebis de Pradelles, le préfet de Haute-Loire a pris la décision d'activer le niveau 1 du plan loup. Cette mesure n'autorise pas l'abattage de l’animal, mais elle prévoit des compensations financières pour les éleveurs, afin par exemple d’installer des clôtures ou de bénéficier de chiens de berger. Des tirs d'effarouchement seront également permis. Lors de cette réunion, qui rassemblait au Puy-en-Velay les représentants du monde agricole, le préfet a rappelé que le loup reste un animal protégé et qu’il « n’a pas le droit de prendre un arrêté d’abattage ». Les éleveurs devront donc se contenter de différents dispositifs d’effarouchement électronique. Un réseau d’observateurs va également être créé afin de donner l’alerter aux éleveurs en cas de présence signalée de l’animal. Des indemnisations, s’élevant entre 100 et 500 euros par animal, peuvent également être attribuées en cas d’attaque avérée. Des mesures qui n’ont pas satisfait les représentants de syndicat agricole, notamment la FDSEA qui a quitté la réunion avant la fin. Elle réclame l’abattage du loup en Haute-Loire, où vivent quelque 140.000 brebis, avec des éleveurs souvent déjà en grande difficulté financière.
Lire la suite +
Michel Barnier candidat à la future grande région Rhône-Alpes Auvergne
20 octobre 2014
Michel Barnier candidat à la future grande région Rhône-Alpes Auvergne
C'était un secret de polichinelle. L’UMP Michel Barnier l'a rendu officiel aujourd'hui dans une interview au journal La Montagne puis au Progrès, ce soir. L'actuel commissaire européen, ancien ministre et ancien président du conseil général de Savoie, se positionne pour briguer la présidence de la future grande région Rhône-Alpes Auvergne. Dans une interview accordée à la presse régionale, Michel Barnier explique "ne pas être encore dans le temps de la campagne, mais dans celui de la rencontre, du débat. Ce moment doit permettre de fixer un cap et une ligne. Je veux co-construire ce projet avec tous ceux qui veulent y travailler. J’ai choisi d’écrire à un grand nombre d’élus pour leur expliquer ma démarche." Les élections auront lieu fin 2015. Michel Barnier pourrait avoir face à lui un challenger de droite, Laurent Wauquiez, qui s’est également positionné pour prendre la tête de liste de ces nouvelles élections. Il y a deux semaines, le député-maire UMP du Puy-en-Velay avait même commandé un sondage pour connaître ses chances de l'emporter. Il apparaissait comme le grand favori des urnes.    (Photo DR)
Lire la suite +