Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


14 mai 2013

L'Auvergne attire aussi les capitaux étrangers

L’Auvergne aux portes du Top 10... Si l'on en croit l’Agence française des investissements internationaux (AFII) qui vient de publier son rapport annuel sur la nature, l’origine et la répartition des investissements étrangers dans l’hexagone, la France enregistre 693 investissements. En Auvergne, sept projets d’entreprises internationales ont été annoncés et permettront de maintenir ou de créer 454 emplois. La région apparaît ainsi en 11ème position au plan national en termes d’emplois créés ou maintenus pour 1000 actifs. Un résultat qui la place devant la Bretagne, le Languedoc‐Roussillon ou encore l’Aquitaine.
Parmi les investissements exemplaires de 2012, le rapport cite notamment la reprise de l’usine d’embouteillage Arvie. "L’AFII avait détecté le groupe singapourien QAF Limited comme repreneur potentiel du site puydômois et l’ARDE avait pris le relais en région pour concrétiser le projet, aboutissant au recrutement programmé d’une vingtaine de collaborateurs d’ici la réouverture de l’usine", assure la région.

10 chargés d’affaires en visite en Auvergne

L’AFII est le principal canal par lequel l’Auvergne réceptionne des projets d’investissements (création, extension, reprise) d’entreprises étrangères à la région. Depuis 2009, cela représente près de 400 dossiers traités et une dizaine de projets concrétisés. Les 21 et 22 mars derniers, l’ARDE a ainsi accueilli 10 chargés d’affaires de l’AFII (voir photo) venus du monde entier (Etats‐Unis, Brésil, Japon…) pour leur faire découvrir l’Auvergne. L’enjeu : qu’ils aient le réflexe de solliciter la région pour tout projet d’implantation en France et qu’ils puissent la présenter au mieux aux investisseurs internationaux. Lors de ces deux jours, les chargés d’affaires ont visité deux entreprises à capitaux étrangers, Fuji Electric et Brüggen.
 



+ de
Prizee.com ferme ses deux sites auvergnats
26 novembre 2014
Prizee.com ferme ses deux sites auvergnats
C'est la fin d'une belle histoire. Celle d'une startup clermontoise créée en 2001, spécialisée dans le jeux primé en ligne, devenue leader du marché et finalement condamnée à fermer ses portes. La Direction du Groupe Digital Virgo, propriétaire de Prizee.com depuis 2012, a annoncé officiellement aux membres du Comité d’Entreprise puis aux salariés, un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Il se traduira par la fermeture définitive du site Digital Virgo Entertainment de Clermont-Ferrand et de l’entrepôt voisin de Romagnat (Puy-de-Dôme) en mars 2015. La direction affirme vouloir éviter les licenciements économiques en proposant 22 postes de reclassement sur ses deux autres sites, à Aix-en-Provence et à Lyon ainsi que 10 autres postes au sein du Groupe en France et de ses filiales à l’étranger. Les raisons invoquées sont entre autres « une année 2014 difficile , « un chiffre d’affaires en forte baisse », et « une chute de la rentabilité globale de DVE» , selon la communication faite aux salariés clermontois.   Jusqu'à 137 employés en 2009 "C'est une terrible nouvelle pour ces familles auvergnates qui n’ont aucune envie d’être déracinées. Prizee.com existe depuis 2001, certains employés font partie de l’effectif depuis plus de 10 ans", analysent les salariés. Pour les 38 personnes travaillant en Auvergne, déjà touchées par un premier plan social en 2010, cette décision n'est pas acceptable en l'état. "Nous appartenons à un grand groupe international de divertissement digital qui affiche une croissance de 20% par an. On voudrait savoir pourquoi le site clermontois est sacrifié. Nous sommes très méfiants par rapport aux propositions que va nous faire le groupe", s'inquiètent les représentants du personnel qui viennent tout juste d'entamer des négociations avec la direction. Pour le site clermontois Prizee.com, ex-fleuron de la net-économie auvergnate, c'est une bien triste fin. Surfant sur la vague des jeux primés en ligne, il avait connu une ascension fulgurante dans les années 2000, comptant jusqu'à 137 salariés en 2009.
Lire la suite +
Pecheur.com part à la pêche au gros
24 novembre 2014
Pecheur.com part à la pêche au gros
Fondé en 2000, le site Pecheur.com, installé au cœur de l'Auvergne, devrait réalisé environ 15 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année et ambitionne de le multiplier par dix ce résultat d'ici à dix ans. Une vraie succes story de la net économie au pays des volcans. Né dans l'amateurisme en 2000, à l'initiative de deux amis passionnés de pêche, le site est devenu en quelques années l'un des leaders du secteur. Installé au cœur de l'Auvergne, à Gannat (Allier), l'entreprise vient de déménager dans des locaux flambant neufs de 3000 m², avec déjà le projet de doubler cette surface rapidement. Cinquante-quatre salariés, 14 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013, 147.000 références à gérer et quelque 50.000 visiteurs quotidiens, Pecheurs.com est devenu la référence dans la vente de matériel de pêche et de loisirs outdoor par Internet. "C'est vrai que nous sommes vraiment partis de rien, se souvient Olivier Bernasson, cofondateur et président de la société. A l'époque, on sentait qu'il y avait un vrai potentiel, mais nous n'avions pas de business model. Nous étions au tout début de la révolution numérique". Développement international Les temps ont bien changé. Après avoir créé l'activité commerciale du site en 2002, Pecheur.com a vraiment pris son envol en 2004, puis en 2010 lorsque Décathlon est devenu actionnaire majoritaire de l'entreprise. "L'arrivée de l'enseigne a fini de crédibiliser notre démarche. Depuis nous connaissons une croissante très forte. Nous devrions faire entre 15 et 16 millions de CA cette année. Nous espérons faire dix fois plus d'ici 2025 !". Pour arriver à ses fins, la PME auvergnate travaille désormais à son développement international. Pecheur.com est traduit en sept langues et propose le paiement en multidevises. "Nous travaillons déjà avec une quarantaine de pays, dont cinq en particulier : Grande-Bretagne, Belgique, Italie, Suisse, Espagne, poursuit Olivier Bernasson. Nous ambitionnons de passer de 18 % de notre chiffre à l'export à 50% dans 10 ans." Mais il faudra aussi envisager la concurrence, de plus en plus présente, qui compte désormais une soixantaine de sites spécialisés sur la vente de matériels de pêche. La vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Geneviève Colonna d'Istria   Photo : les nouveaux locaux de pecheurs.com à Gannat (DR)
Lire la suite +
Michelin lance le pneu qui s'auto-répare
19 novembre 2014
Michelin lance le pneu qui s'auto-répare
On connaissait le pneu anti-crevaison, voici venu le pneu qui s'auto-répare. Michelin a profité de sa présence à Chengdu, en Chine, lors du Challenge Bibendum, pour présenter quelques unes de ses récentes innovations. Parmi elles, la nouvelle version du pneu SelfSeal auto-obturant. Grâce à son composé de gomme inédit, il est capable de boucher instantanément un trou qui serait occasionné sur la bande de roulement. Destiné aux véhicules de tourisme mais aussi aux véhicules de livraison, il peut rouler sur des clous sans perdre de pression. "Ce pneu qui s’auto-répare présente un double avantage d'un point de vue environnemental, souligne Dominique Aimon, directeur de l'Innovation. Tout d’abord il permet de diminuer les remplacements dus aux crevaisons. Ce seront donc autant de pneus en moins à fabriquer pour effectuer un kilométrage donné. Ensuite la suppression de la roue de secours permet une réduction de masse non négligeable (le cric et le dispositif d’accueil de la roue disparaissent). La voiture gagne ainsi près de 30 kilos environ, ce qui correspond à un gain de volume de 80 litres et quelques économies de carburant supplémentaires". Sur les routes européennes, le risque de crevaison survient en moyenne tous les 75 000 km quand il se produit tous les 3000 km sur les réseaux de certains pays d’Asie du Sud Est. "Lorsque l’on connaît le développement fulgurant du marché chinois en matière de parc automobile, on mesure d’emblée la pertinence que représente pareille innovation", souligne Michelin. Ils seront commercialisés à partir de 2015. GCI   Photo : Dominique Aimon, directeur de l'Innovation chez Michelin présentait à Chengdu la dernière version du pneu Selfseal (NewsAuvergne)
Lire la suite +