Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


14 mai 2013

L'Auvergne attire aussi les capitaux étrangers

L’Auvergne aux portes du Top 10... Si l'on en croit l’Agence française des investissements internationaux (AFII) qui vient de publier son rapport annuel sur la nature, l’origine et la répartition des investissements étrangers dans l’hexagone, la France enregistre 693 investissements. En Auvergne, sept projets d’entreprises internationales ont été annoncés et permettront de maintenir ou de créer 454 emplois. La région apparaît ainsi en 11ème position au plan national en termes d’emplois créés ou maintenus pour 1000 actifs. Un résultat qui la place devant la Bretagne, le Languedoc‐Roussillon ou encore l’Aquitaine.
Parmi les investissements exemplaires de 2012, le rapport cite notamment la reprise de l’usine d’embouteillage Arvie. "L’AFII avait détecté le groupe singapourien QAF Limited comme repreneur potentiel du site puydômois et l’ARDE avait pris le relais en région pour concrétiser le projet, aboutissant au recrutement programmé d’une vingtaine de collaborateurs d’ici la réouverture de l’usine", assure la région.

10 chargés d’affaires en visite en Auvergne

L’AFII est le principal canal par lequel l’Auvergne réceptionne des projets d’investissements (création, extension, reprise) d’entreprises étrangères à la région. Depuis 2009, cela représente près de 400 dossiers traités et une dizaine de projets concrétisés. Les 21 et 22 mars derniers, l’ARDE a ainsi accueilli 10 chargés d’affaires de l’AFII (voir photo) venus du monde entier (Etats‐Unis, Brésil, Japon…) pour leur faire découvrir l’Auvergne. L’enjeu : qu’ils aient le réflexe de solliciter la région pour tout projet d’implantation en France et qu’ils puissent la présenter au mieux aux investisseurs internationaux. Lors de ces deux jours, les chargés d’affaires ont visité deux entreprises à capitaux étrangers, Fuji Electric et Brüggen.
 



+ de
2 MAtech, une start'up unique en France
16 avril 2014
2 MAtech, une start'up unique en France
Plusieurs établissements d'enseignement supérieur de Clermont-Ferrand viennent de s'associer pour lancer la société 2MAtech, à Aubière (Puy-de-Dôme). Cette start-up unique en France est capable d'apporter une expertise globale aux entreprises industrielles sur toute la chaîne de valeur de la mécanique, des matériaux et de l'agro-alimentaire. 2MAtech a pour mission de faciliter le transfert de technologie entre le monde de l'enseignement supérieur et les entreprises dans le domaine de la mécanique, des matériaux et de l'agro-alimentaire en délivrant des prestations technologiques. Pour la première fois en France, des établissements universitaires créent une véritable entreprise sous forme de société par action simplifiée (SAS) avec un capital social de 220 000 euros. Autre innovation, le tour de table de 2MAtech regroupe des entités publiques (Universités, écoles d'ingénieurs, lycées technologiques,...) mais aussi des entreprises privées. L'Etat et des collectivités territoriales (Conseil Régional Auvergne, Clermont Communauté) se sont également engagés dans le succès du projet. Passeport pour l'aéronautique et la high tech " La création de 2MAtech va démultiplier les efforts engagés dans le transfert des compétences académiques vers le monde économique", souligne Pascal Ray, Président 2MAtech qui souligne l'originalité de la démarche : « Avec la création de 2MAtech, nous sommes fiers de renforcer le lien entre les entreprises et les établissements d'enseignement supérieur sur le territoire et au-delà, car nos ambitions et nos clients sont internationaux». La jeune société a pris appui sur les moyens et les compétences de structures existantes comme CASIMIR et de Méc@prod. Robotique, usinage, expertise et test matériaux, organisation industrielle, prototypage...: 2MAtech offre une solution globale de prestations technologiques dans le domaine de la mécanique et des matériaux aux industriels. Soumise aux règles de la concurrence (qualité-coût-délais), la société dispose déjà d'un portefeuille clients et de références prestigieuses dans les filières d'excellence ou à fort potentiel (aéronautique, spatial, médical, automobile, énergie, bois, mécanique, transports...). Passeport pour l'aéronautique, la société vient d'être qualifiée par Airbus.
Lire la suite +
Un vélo Made in Auvergne créé pour Berluti
10 avril 2014
Un vélo Made in Auvergne créé pour Berluti
Berluti, célèbre bottier Parisien du groupe LVMH, a choisi la thématique du cyclisme pour promouvoir sa nouvelle collection et a souhaité s’associer aux Cycles Victoire, basés à Clermont-Ferrand, pour créer un modèle de vélo unique, sobrement appelé « Victoire pour Berluti ». Un coup prestigieux pour ce vélo de luxe made in Auvergne. La marque de luxe parisienne a été séduite par le savoir-faire des Cycles Victoire, association d’artisanat et de technologies modernes 100% français, appliqués à la fabrication de cadres et de composants de vélo. L’entreprise auvergnate est parmi les seules à exercer cette activité dans l’Hexagone. Ce modèle exceptionnel, destiné à un usage urbain, a été entièrement créé, fabriqué et assemblé en France, dans l’atelier des Cycles Victoire à Clermont-Ferrand. Un vélo made in Auvergne Le cadre, la fourche et le porte-bagage ont été réalisés sur-mesure à partir d’acier soudo-brasé. Ceci participe au caractère unique de l’objet et lui confère une ligne singulière. Les roues sont constituées de moyeux Victoire usinés dans le Puy-de-Dôme. L’ensemble est ensuite rayonné avec soin manuellement dans les locaux des Cycles Victoire. Seule exception au made in Auvergne, les jantes en bois, produites de manière artisanale en Italie. Le résultat offre un mélange de modernité et d’authenticité, cher à la Maison Berluti, à l’image du reste des composants en aluminium associés à la structure en acier. La selle en cuir, confectionnée elle aussi dans l’Hexagone, vient faire le lien entre le cyclisme et la maroquinerie. Pour accompagner cette bicyclette d’exception avec élégance, Berluti a élaboré une ligne d’accessoires dédiés, entièrement réalisés en cuir : pochette de cadre, panier à bretelle, sangles pour cales-pieds et paire de souliers spécifiques. Assurément très chic ! Vitrine internationale Ce vélo représentera le savoir-faire Auvergnat dans le domaine du luxe à travers les boutiques Berluti du monde entier, situées à Paris, New York, Londres et Tokyo. Pour les personnes souhaitant re-découvrir le plaisir de pédaler au guidon d’un vélo léger, confortable et élégant, ce modèle unique « Victoire pour Berluti » est disponible sur demande auprès des Cycles Victoire. A propos des Cycles Victoire Les Cycles Victoire est une entreprise française de l’industrie du cycle basée à Clermont-Ferrand. Créée en 2011, elle emploie actuellement 3 personnes. Ils y fabriquent des cadres et des pièces de vélos en acier dans leur atelier de Clermont Ferrand. Les Cycles Victoire sont parmi les seuls à exercer cette activité de cadreur en France. Ils conçoivent aussi des pièces en aluminium usinées chez des sous-traitants dans le Puy de Dôme. L’entreprise est très attachée à cette démarche de fabrication Made in France qui lui permet un suivi optimal de la qualité mais surtout de créer des produits sur-mesure pour ses clients. Elle travaille sur toutes les pratiques du cyclisme, du vélo de route au VTT en passant par le vélo urbain et le pignon fixe.
Lire la suite +
Des soins cosmétiques pour les patients cancéreux
7 avril 2014
Des soins cosmétiques pour les patients cancéreux
C'est une première en France. L'entreprise de biotechnologie SETUBIO, basée à Hauterive, près de Vichy (Allier), vient de mettre sur le marché les premiers soins dermo-cosmétiques ciblant les effets secondaires des traitements anticancéreux chez certains malades. Nolea-Joy est une gamme de 5 soins dermo-cosmétiques formulés à partir d’extraits végétaux et d’huiles végétales naturelles et répondant à la nouvelle réglementation européenne, pour le confort et le bien-être des peaux abîmées et fragilisées par la chimiothérapie et la radiothérapie. " Ces traitements présentent de nombreux effets secondaires au niveau cutané et pilaire, rappelle Jean-Christophe Sergère, P-dg de SETUBIO. C'est un marché de 700.000 personnes en France". La gamme Nolea-Joy, qui comprend pour l'heure cinq produits (crèmes, mousses capillaires...), a été initiée en 2012 au sein de l’incubateur d’entreprises BUSI (Biopôle Clermont-Limagne) par Joy Rossignol, une jeune chercheuse clermontoise, avant que cette dernière n'intègre les effectifs de SETUBIO. Capter 5% du marché « Parce que le cancer ne doit jamais avoir raison du bien-être quotidien et de la beauté naturelle, nous avons adopté une attitude de développement différente fondée sur plus de douceur et de confort. A l'écoute des besoins des patients, Nolea-Joy est une gamme aux textures velours, non grasse et non collante. Appuyée par le sérieux et la qualité dermatologique de nos formulations, nous proposons aujourd'hui une autre réflexion sur l'équilibre et le mieux-être », déclare Joy Rossignol, à l’origine du projet. La production et le conditionnement des produits ont eu lieu cet hiver et la mise sur le marché vient de débuter, via un réseau de distributeurs, centres de soins agréés et sur son site d’e-commerce www.nolea-joy.com. L'objectif de la PME auvergnate : atteindre au moins 5% du marché. Geneviève Colonna d'Itsria Setubio, une PME verte La valorisation de la biodiversité est au coeur du modèle d’entreprise développé par SETUBIO. Spécialisée dans le screening à haut débit, et plus précisément dans l’identification de propriétés antibiotiques/antibactériennes, antifongiques, antiparasitaires, et prébiotiques au sein de substances issues de la biodiversité (plantes, micro algues, molécules), l’entreprise SETUBIO créée en 2006 continue sa mutation vers un modèle plus industriel valorisant notamment les produits issus de sa recherche interne. L'entreprise basée à la fois sur le Naturopôle de Saint-Bonnet et sur le Bioparc de Hauterive, a réalisé en 2012 530.000 € de CA et compte 15 salariés.   Photo : Joy Rossignol, chercheuse et Jean-Christophe Sergère, P-dg de SETUBIO travaillent main dans la main au confort des personnes atteintes de cancer. (DR)
Lire la suite +