Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


14 mai 2013

L'Auvergne attire aussi les capitaux étrangers

L’Auvergne aux portes du Top 10... Si l'on en croit l’Agence française des investissements internationaux (AFII) qui vient de publier son rapport annuel sur la nature, l’origine et la répartition des investissements étrangers dans l’hexagone, la France enregistre 693 investissements. En Auvergne, sept projets d’entreprises internationales ont été annoncés et permettront de maintenir ou de créer 454 emplois. La région apparaît ainsi en 11ème position au plan national en termes d’emplois créés ou maintenus pour 1000 actifs. Un résultat qui la place devant la Bretagne, le Languedoc‐Roussillon ou encore l’Aquitaine.
Parmi les investissements exemplaires de 2012, le rapport cite notamment la reprise de l’usine d’embouteillage Arvie. "L’AFII avait détecté le groupe singapourien QAF Limited comme repreneur potentiel du site puydômois et l’ARDE avait pris le relais en région pour concrétiser le projet, aboutissant au recrutement programmé d’une vingtaine de collaborateurs d’ici la réouverture de l’usine", assure la région.

10 chargés d’affaires en visite en Auvergne

L’AFII est le principal canal par lequel l’Auvergne réceptionne des projets d’investissements (création, extension, reprise) d’entreprises étrangères à la région. Depuis 2009, cela représente près de 400 dossiers traités et une dizaine de projets concrétisés. Les 21 et 22 mars derniers, l’ARDE a ainsi accueilli 10 chargés d’affaires de l’AFII (voir photo) venus du monde entier (Etats‐Unis, Brésil, Japon…) pour leur faire découvrir l’Auvergne. L’enjeu : qu’ils aient le réflexe de solliciter la région pour tout projet d’implantation en France et qu’ils puissent la présenter au mieux aux investisseurs internationaux. Lors de ces deux jours, les chargés d’affaires ont visité deux entreprises à capitaux étrangers, Fuji Electric et Brüggen.
 



+ de
Michelin lance le pneu qui s'auto-répare
19 novembre 2014
Michelin lance le pneu qui s'auto-répare
On connaissait le pneu anti-crevaison, voici venu le pneu qui s'auto-répare. Michelin a profité de sa présence à Chengdu, en Chine, lors du Challenge Bibendum, pour présenter quelques unes de ses récentes innovations. Parmi elles, la nouvelle version du pneu SelfSeal auto-obturant. Grâce à son composé de gomme inédit, il est capable de boucher instantanément un trou qui serait occasionné sur la bande de roulement. Destiné aux véhicules de tourisme mais aussi aux véhicules de livraison, il peut rouler sur des clous sans perdre de pression. "Ce pneu qui s’auto-répare présente un double avantage d'un point de vue environnemental, souligne Dominique Aimon, directeur de l'Innovation. Tout d’abord il permet de diminuer les remplacements dus aux crevaisons. Ce seront donc autant de pneus en moins à fabriquer pour effectuer un kilométrage donné. Ensuite la suppression de la roue de secours permet une réduction de masse non négligeable (le cric et le dispositif d’accueil de la roue disparaissent). La voiture gagne ainsi près de 30 kilos environ, ce qui correspond à un gain de volume de 80 litres et quelques économies de carburant supplémentaires". Sur les routes européennes, le risque de crevaison survient en moyenne tous les 75 000 km quand il se produit tous les 3000 km sur les réseaux de certains pays d’Asie du Sud Est. "Lorsque l’on connaît le développement fulgurant du marché chinois en matière de parc automobile, on mesure d’emblée la pertinence que représente pareille innovation", souligne Michelin. Ils seront commercialisés à partir de 2015. GCI   Photo : Dominique Aimon, directeur de l'Innovation chez Michelin présentait à Chengdu la dernière version du pneu Selfseal (NewsAuvergne)
Lire la suite +
Châtel-Guyon : fréquentation des thermes en hausse de 6,8%
17 novembre 2014
Châtel-Guyon : fréquentation des thermes en hausse de 6,8%
Les Thermes de Châtel-Guyon ont clôturé il y a quelques jours la saison thermale 2014 sur une belle note : une progression de leur fréquentation de 6,8 %, soit un taux au-delà de la moyenne régionale (+ 5 %) et bien supérieur à celle nationale (+ 1,3%). Avec plus de 5 200 curistes accueillis sur une période de sept mois d’activité, contre 3 300 curistes en 2008, les Thermes de Châtel-Guyon poursuivent leur développement et s’inscrivent dans la régularité, avec une fréquentation en progression constante, depuis la reprise des Thermes par la SEM Châtel-Développement en 2009. Année après année, la station attire une clientèle nouvelle et fidèle, venue, à 75 % de l’extérieure de la région, pour traiter des pathologies digestives intestinales et rhumatologiques, dans le cadre de cures médicalisées de 18 jours (prises en charge par l’Assurance maladie) et de courts séjours de 6, 9 ou 12 jours.   Plusieurs raisons Pourquoi un tel engouement ? Pour Danielle Faure-Imbert, Présidente de la SEM Châtel-Développement et Adjointe au thermalisme et au tourisme de la Ville de Châtel-Guyon : « il existe plusieurs leviers. Nationalement, la Médecine thermale connait un regain d’intérêt ; naturellement, Châtel-Guyon en bénéficie. Dans un second temps, les stations thermales de moyenne importance attirent de plus en plus de curistes, car elles leur garantissent un accueil personnalisé et des soins de qualité. Sur ce point encore, Châtel-Guyon répond à cette attente. Enfin, il est important de souligner le travail assidu et les investissements conséquents (2 millions d’euros) qui ont été réalisés depuis 6 ans. » Tout juste fermés, les Thermes préparent désormais la saison 2015 et ses nouveautés, et ont décidé, afin de répondre à une demande croissante, d’allonger la saison prochaine de deux semaines, une au printemps, la seconde à l’automne. Les Thermes de Châtel-Guyon seront ainsi ouverts du lundi 23 mars au samedi 7 novembre 2015.   La saison 2014 en chiffres : - + 6,8 % de fréquentation enregistrée, soit 320 curistes conventionnés en plus accueillis - 5200 curistes venus en soins en 2014 - 354 450 soins réalisés sur la saison - 7 mois d’activité thermale annuelle contre 5 en 2008 - 2 000 000 € d’investissements effectués entre 2009 et 2014 pour aménager l’établissement - 75 % des curistes viennent de l’extérieur de la région - 49 emplois directs générés équivalents temps plein
Lire la suite +
Michelin veux doubler sa production en chine d'ici 10 ans
10 novembre 2014
Michelin veux doubler sa production en chine d'ici 10 ans
Michelin, qui s'apprête à organiser cette semaine le Challenge Bbendum à Chengdu, en Chine, a annoncé ce lundi 10 novembre son intention de multiplier par plus de deux son activité dans l'Empire du Milieu, d'ici dix ans afin de tirer parti du potentiel de croissance du premier marché automobile mondial. L'équipementier auvergnat a publié un communiqué à l'occasion d'une journée investisseurs organisée dans sa nouvelle usine géante de Shenyang 2, dans le nord-est du pays, en présence du président du groupe, Jean-Dominique Senard, et du directeur financier, Marc Henry. 220.000 tonnes de pneus en 2019 Michelin a lancé entre 2010 et 2013 la construction de quatre nouvelles usines de très grandes capacité, au Brésil (pour les pneus de voitures et de camionnettes), en Inde (poids lourds), aux Etats-Unis (génie civil) et en Chine (voitures et poids lourds). Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le groupe clermontois mise sur les sites géants alors qu'une grande partie de son outil industriel historique, notamment en Europe, est constitué de petites entités de production moins rentables. Bibendum compte actuellement trois usines en Chine : Shenyang 1 et 2, qui affichaient fin 2013 une capacité maximale activable de 77 000 tonnes de pneus par an, pour un effectif de 3 600 personnes environ, et Shanghai (76 500 tonnes de capacité pour 2 400 salariés.) Benoît Heubert, directeur de la nouvelle usine chinoise, a confirmé lundi l'objectif du groupe de porter à 220 000 tonnes sa capacité annuelle sur le sol chinois à l'horizon 2019.   (Image : Michelin.fr)
Lire la suite +