Réduire la taille du texte Taille du texte normale Augmenter la taille du texte Imprimer
Taille du texte Imprimer


5 avril 2010

Auvergnat Cola : dejà deux millions de bouteilles vendues

Après un an d’existence, l’effet Auvergnat Cola ne retombe pas. Lancé par l’entreprise cantalienne Julhes, spécialisée dans l’agroalimentaire régional, le dernier né des sodas régionaux s’est déjà vendu à plus de deux millions de bouteilles. Une belle réussite pour son créateur Jean-Philippe Nicolaux, le P-dg de Julhes, à l’origine de ce joli coup de poker. « On est parti à l’aventure sans vraiment savoir s’il y avait de la place pour un nouveau cola en France. Il faut surtout remercier les Auvergnats eux-mêmes, se défend-il. Ils sont à l’origine de ce succès. A nous maintenant de pérenniser la marque et de dépasser le buz du démarrage ».
Rien de tel pour cela que de lancer de nouveaux produits. A l’occasion du premier anniversaire de l’Auvergnat Cola, qui existe déjà en version « zéro », une nouvelle version sera bientôt déclinée en cannette de 33 cl. L’entreprise auvergnate, qui a créé deux nouveaux emplois depuis la création de son soda, présentera également une limonade bio. « Ce lancement apporte de la nouveauté au marché, assure Jean-Philippe Nicolaux. Par ces temps de crise, il faut rester inventif et savoir créer l’événement ».
D’autant que l’Auvergnat Cola s’est désormais trouvé un parrain très médiatique. Le rugbyman international Aurélien Rougerie, pur « produit » auvergnat qui n’a jamais fait d’infidélité à son club d’origine l’ASM, s’est spontanément proposé pour devenir l’ambassadeur international officiel du coca auvergnat. « Aurélien m’a appelé alors que je ne le connaissais même pas, raconte Jean-Philippe Nicolaux. Il est la preuve que l’on peut faire une belle carrière tout en restant en Auvergne. C’est exactement notre philosophie ».


(Photo : NewsAuvergne)

Le 5 avril 2010


+ de
Emploi : pas d'amélioration en septembre
24 octobre 2014
Emploi : pas d'amélioration en septembre
Fin septembre 2014, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 62 306 en Auvergne. Ce nombre augmente de + 0,3 % par rapport à fin août 2014 (soit +204). Sur un an, il augmente de + 5,1 %. En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A augmente de +0,6 % par rapport à fin août 2014 (+4,3 % sur un an). En Auvergne, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A augmente, en septembre 2014, de +0,5 % pour les hommes (+5,9 % sur un an) et augmente de +0,1 % pour les femmes (+4,3 % sur un an). Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A et âgés de moins de 25 ans augmente de +1,6 % en septembre 2014 (-0,8% sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans diminue de -0,4 % (+3,9 % sur un an) et le nombre de ceux de 50 ans et plus augmente de +1,2 % (+12,4 % sur un an). S’agissant de la catégorie A, selon le département, le nombre de demandeurs d’emploi varie en septembre 2014 par rapport à fin août entre -0,5 % et +1,1 % : Allier (-0,3 %), Cantal (-0,5 %), Haute-Loire (-0,5 %), Puy-de-Dôme (+1,1 %).
Lire la suite +
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
23-10
Le Grand Clermont fait sa promo sur la toile
Le Grand Clermont s'offre une belle séquence d'auto-promotion sur le web, en proposant via Vimeo depuis deux jours un clip sur la capitale clermontoise, plutôt valorisant... On y voit des habitants vanter les mérites du Grand Clermont, accumulant les bons points : vivant, tendance, riche, créatif, jeune... Les qualificatifs ne manquent pas pour valoriser l'image de la capitale auvergnate. On y aperçoit également les pépites qui font le Grand Clermont : Michelin, Limagrain, Pictures, l'IFMA, la Coopé ou encore le théâtre, le festival du court métrage et bien sûr l'ASM et Renaud Lavillenie... Bref, un joli coup de pub, habilement présenté et très rythmé. Nous, on aime !
Lire la suite +
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
22 octobre 2014
Le préfet de Haute-Loire refuse l'abattage du loup
Suite aux récentes attaques sur des brebis de Pradelles, le préfet de Haute-Loire a pris la décision d'activer le niveau 1 du plan loup. Cette mesure n'autorise pas l'abattage de l’animal, mais elle prévoit des compensations financières pour les éleveurs, afin par exemple d’installer des clôtures ou de bénéficier de chiens de berger. Des tirs d'effarouchement seront également permis. Lors de cette réunion, qui rassemblait au Puy-en-Velay les représentants du monde agricole, le préfet a rappelé que le loup reste un animal protégé et qu’il « n’a pas le droit de prendre un arrêté d’abattage ». Les éleveurs devront donc se contenter de différents dispositifs d’effarouchement électronique. Un réseau d’observateurs va également être créé afin de donner l’alerter aux éleveurs en cas de présence signalée de l’animal. Des indemnisations, s’élevant entre 100 et 500 euros par animal, peuvent également être attribuées en cas d’attaque avérée. Des mesures qui n’ont pas satisfait les représentants de syndicat agricole, notamment la FDSEA qui a quitté la réunion avant la fin. Elle réclame l’abattage du loup en Haute-Loire, où vivent quelque 140.000 brebis, avec des éleveurs souvent déjà en grande difficulté financière.
Lire la suite +